Phase close destructrice de l’islam politique au pouvoir de Ghannouchi depuis 2011 par « KS »

Le devenir de mon pays la Tunisie était d’une part, déterminé et dominé depuis la « pseudo-révolution » du 14 janvier 2011 au 24 juillet 2021, par le projet machiavélique destructeur de l’Etat islamique gouverné par la charia, prôné par la secte des Frères musulmans avec à leur tête leur gourou Rached Ghannouchi, président d’Ennahdha et de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Et conséquences catastrophiques pour mon pays, en quasi faillite, avec tous les indicateurs au rouge, appauvrissement du peuple, chômage, chaos, terrorisme, mais surtout déliquescence de l’Etat.

Et d’une autre part je considère que la Tunisie entame, une autre catastrophe doctrinale utopique communiste marxiste léniniste annoncée. Ceci depuis les idées qui ont été développées le 9 décembre 2019 sur Attessia 9 par Ridha Chiheb Mekki alias « Ridha Lénine » (RL), qui procèdent d’une idéologie qui vise à l’abolition de la notion d’Etat actuel et du capitalisme, considérés par lui comme deux formes d’oppression indissociables. Et à l’instauration d’une société égalitaire, délestée des principes antisociaux de la propriété privée, et des institutions de type étatique, fondée sur l’autogestion et la responsabilité individuelle.

S’ouvre une phase annoncée par Ridha Lenine « RL » d’une utopique « Dictature Prolétaire » depuis 2019

Notre « Noam Chomsky national » (RL), qui comme lui prône le socialisme libertaire et anarchiste. Étant donné qu’il désavoue la structure pyramidale du pouvoir en cours depuis l’indépendance, laquelle induit d’après RL de facto une notion de supérieur et d’inférieur. RL désapprouve donc qu’un État central fort se place au-dessus de la société, emprunte et légitime son autorité par sa capacité à établir un ordre, et à régir le quotidien des citoyens. Sauf qu’il ne peut y avoir de conscience unitaire, de peuple uni, de communauté nationale, sans un Etat fort et fédérateur, a fortiori dans une société aussi « arriérée » et « disloquée (avec l’islamisme des khwanjias) que la nôtre.

Populistes et anarchiques à souhait, à tort les propos de RL peuvent séduire des jeunes précarisés par la crise, et frustrés par la confiscation de la soit disant « révolution de 2011 ». Dont ils espéraient un changement profond qui n’est finalement pas venu, mais leur socle idéologique est non seulement vague, fait d’amalgames philosophiques, et surtout confronté à la réalité du terrain, a de quoi inspirer des inquiétudes.

Populistes et anarchiques à souhait, à tort les propos de « RL » peuvent séduire des jeunes précarisés par la crise, et frustrés par la confiscation de la soit disant «révolution de 2011»

Car cette construction sociétale n’est pas sortie aujourd’hui du néant, elle est le « produit » pour ne pas dire le « machin », d’une synthèse de diverses pensées, et d’expériences dont les origines datent du XIXe siècle. S’agissant du projet présidentiel supposé (mais heureusement pas encore annoncé officiellement), celui-ci serait plus le « produit » ou plutôt l’utopie absurde de RL, son « fidèle compagnon » de campagne électorale. En effet, bien avant que Kaies Saied (KS) ne découvre en lui des ambitions politiques, RL a épousé, dès le début des années 80, les thèses des conseillistes, après avoir été un marxiste léniniste pur et dur. Voire même un stalinien et un leader des patriotes démocrates dans les années 70.

En effet, le montage de ce tandem ne serait qu’un amalgame utopique anarchiste, dont les composantes sont la conception de Karl Marx de l’Etat communiste, « La Commune de Paris » de 1871, les Soviets d’avant la révolution russe de 1917, les thèses du conseillisme autour desquelles RL a voulu réunir la gauche depuis le tout début des années 80, mais en vain.

« RL » serait supposé donc le « Raspoutine » de « KS », et l’un des initiateurs du projet de «la Nouvelle construction» pour refonder la république tunisienne

RL serait supposé donc le « Raspoutine » de KS, et l’un des initiateurs du projet de «la Nouvelle construction» pour refonder la république tunisienne, est une caricature de l’intellectuel de gauche, qui serait plutôt un dangereux  démagogue, et utopiste. Les idées absurde qu’il prône n’ont rien à voir avec le léninisme et encore moins avec l’islamisme. Il est, en réalité, tout empêtré dans les théories anarchistes et socialistes libertaires et leurs doctrines corollaires. Bref c’est du « populisme délirant » pure et dure.

Pour les gens qui adhèrent aux thèses développées par RL l’éminence grise de la campagne présidentielle de KS, les moyens de production et la chose publique doivent être contrôlés par les citoyens, d’où leur perpétuelle rengaine sur la soit disant « démocratie directe » et la « démocratie participative ».

« RL » est persuadé que les islamistes ne sont pas les ennemis du moment et donc prêt à œuvrer de concert avec eux toutes tendances confondues au nom de la « convergence des luttes »  !

Sachant aussi que RL et ses camarades sont persuadés que les islamistes ne sont pas les ennemis du moment. Ils sont donc  prêts à œuvrer de concert avec les islamistes de toutes tendances confondues au nom de la convergence des luttes. Ceci afin de provoquer une rupture avec le vieux système «responsable de tous les malheurs» de la Tunisie. Et atteindre à terme les lendemains qui chantent de la société dont ils rêvent, pour eux une « société juste », sans classes et où le pouvoir prolétaire domine.

Pour « RL » les moyens de production et la chose publique doivent être contrôlés par les citoyens, d’où leur perpétuelle rengaine sur la soit disant « démocratie directe » et la « démocratie participative » !

Selon ses discours, KS porte une vision différente sur la démocratie et la scène politique et parlementaire en Tunisie depuis 2011. Cette vision repose vaguement sur le pouvoir local, et sur un scrutin uninominal partant du « bas vers le haut », ceci à partir des 3.500 « Imadas »- secteurs vers le Parlement, où la « loterie du hasard » est déterminante à certains stades. Bref une « pyramide du pouvoir inversée »  fragile et absurde. À laquelle s’opposent plusieurs partis politiques, et acteurs de la société civile, qui la considèrent inappropriée pour le pays, voire à l’extrême débile et dévastatrice.

Sachant que le changement des systèmes politique et électoral par KS ne peut pas se faire unilatéralement via le « 117 », que par des formulaires ou des plateformes virtuelles,  comme proposé par KS, avec une participation large des jeunes. Et pour cause ces questions doivent être examinées dans un cadre serein, académique et politique. Ceci par une élite nationale spécialisée et « clean ».

Sachant que le changement des systèmes politique et électoral PAR « KS » ne peut pas se faire UNILATÉRALE via le « 117 », que par des formulaires ou des plateformes virtuelles,  comme proposé par KS, avec une participation large des jeunes

Rappel pour l’histoire, depuis le XIXe siècle, l’utopie de Karl Marx n’a pas vu le jour. Pareil pour « La Commune de Paris », période insurrectionnelle durant laquelle les Parisiens furent maîtres de la capitale, a duré 72 jours, du 18 mars au 28 mai 1871, avant d’être violemment combattue par le gouvernement républicain lors de la « Semaine sanglante ». Avec pour résultats 30.000 morts et plusieurs dizaines de milliers de blessés, ce qui constitue un des épisodes de guerres civiles majeures de l’histoire de France. Dont le souvenir est encore vivace un siècle et demi plus tard, et s’inscrit dans la culture du mouvement ouvrier international, de la gauche française, du mouvement anarchiste et plus largement chez les partisans de la démocratie directe.

« La Commune de Paris » hante pour toujours les esprits. Elle est aujourd’hui pour la gauche, un mythe fondateur, les socialistes la considérant comme la première manifestation révolutionnaire de la classe ouvrière. Étant donné que les partisans de « La Commune de Paris », « communards » ou « fédérés », réquisitionnent les ateliers de production afin que les ouvriers les gèrent eux-mêmes.

Mouammar Kadhafi a essayé en 1977 cette absurde « Dictature prolétaire » via une fausse « démocratie directe » avec ses milliers de « Lijanes chaabias » qui a détruit le pays

Chose faite de nouveau en 1977, Mouammar Kadhafi qui disait que la Libye est gouvernée depuis par le « peuple lui-même », selon un système de soit disant « démocratie directe ». Avec ses milliers de « Lijanes chaabias » (ses milices) qui avaient terrorisés les libyens, détruits l’économie du pays, et « ruinés » les riches propriétaires, et les bourgeois.

Au final citoyen tunisien, je suis loin d’être une « petite souris blanche cobaye », et mon cher pays d’autant plus à genoux en ce moment, n’est pas un « laboratoire d’essais » pour d’utopique projet de mode de gouvernance via une « Dictature prolétaire ». « L’expérience américaine » catastrophique d’une décennie de Ghannouchi au pouvoir, me suffit largement. Sachant qu’ici c’est La Tunisie Bourguibienne Souveraine et en Transition Démocratique depuis 2011, et non pas la Russie communiste marxiste léniniste des années 20.

Au final citoyen tunisien, je suis loin d’être une « petite souris BLANCHE cobaye », et mon cher pays d’autant plus à genoux en ce moment, n’est pas un « laboratoire d’essais » pour d’utopique projet de mode de gouvernance via un « Etat prolétaire »

Faut donc faire la part des choses, et aux patriotes de l’élite de mon pays, de prendre cette dangereuse utopie populiste de RL très au sérieux. Et donc de se mobiliser rapidement en franc commun, pour « neutraliser » net ce dangereux « charlatan ». Ceci en engageant la « guerre d’idées » et des mots, « paroles contre paroles » à l’encontre des thèses farfelues développées par RL. Ceci en informant les citoyens via les médias et des rencontres explicatives à travers le pays, sur les dangers de son délire communiste rétrograde pour notre pays. Mais qui malheureusement RL est largement en avance sur nous, puisqu’il sévissait sournoisement avec ses centaines de disciples, depuis une décennie au moins, avec sa doctrine absurde, du pouvoir par un « l’État prolétaire » en Tunisie.

Sachant que ce projet destructeur de « Dictature Prolétaire » annoncée par RL, présente un risque majeur d’atteinte à la Sécurité Nationale de mon pays, avec possibilité de guerre civile, entre classes sociales, générations et régions.

Faut donc faire la part des choses, et aux patriotes de l’élite de mon pays, de prendre cette dangereuse utopie populiste de « RL » très au sérieux

J’espère sincèrement et vivement que mon Président de la République Kaies Saied, s’éloigne des « dogmes machiavéliques » de RL, pour le bien de mon pays. Ceci pour « redresser la barre » dans le bon sens avec l’aval de notre élite triée, et donc convenablement pour la bonne marche de notre transition démocratique, qui devrait être moderne, évolutive et progressiste.

À ce sujet, je considère que les grandes réformes structurelles qui devraient être prises par KS de faite sous sa « Dictature constitutionnelle provisoire », avec les pleins pouvoirs de l’article 80 « revisité » de la constitution et ses mesures exceptionnelles via le « 117 ». Mais ceci après concertations de « l’élite spécialisée et indépendante propres », pour une « 3ème République » efficace à venir dès 2022, suite à des élections anticipées présidentiels et législatives, sont : Un régime présidentiel équilibré et moderne, élections du Président de la République et des députés au suffrage universel direct, uninominal majoritaire à deux tours, révision du Destour, du code électoral, des institutions constitutionnelles, et surtout une priorité du pouvoir judiciaire, mais pas que la liste est longue.

J’espère sincèrement et vivement que mon Président de la République Kaies Saied, s’éloigne des « dogmes machiavéliques » de « RL », pour le bien de mon pays, ceci pour « redresser la barre » par concertations de l’élite via le « 117 »

À bon entendeur. Sachant que mon présent essai est loin d’être personnel, à l’encontre de RL ou quiconque, qui dans le cadre de sa liberté de penser, il a le droit inaliénable d’exprimer ses idées et sa vision de gouvernance, évidemment sans violences, et atteintes à la paix sociale.

Mais citoyen tunisien indépendant par crainte, je « lance une alerte », un « signal d’alarme » quand même pour éviter le pire supposé, et j’espère avoir tout faux, ceci pour le bien de mon pays.

 

 

2 Commentaires

  1. Halte au populisme absurde dévastateur :

    J’espère vivement que « Ridha lenine » n’est pas le « Raspoutine » de Kaies Saied … et que ses délires utopiques de « Dictature prolétaire » ne passera pas … j’espère donc que dans l’avenir la raison d’Etat et l’intérêt national l’emporteront sur tout le reste … ceci pour le bien de mon pays.

  2. Sachant que ce projet destructeur de « Dictature Prolétaire » annoncée par RL, présente un risque majeur d’atteinte à la Sécurité Nationale de mon pays, avec possibilité de guerre civile, entre classes sociales, générations et régions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici