Bonne santé exigée pour nos Présidents de la Républiques au pouvoir

4
929

Je réitère ma demande de 2014, entre autres conditions pour une bonne gouvernance en Tunisie dans la transparence, sur l’état de santé de nos Présidents de la République :

1 / Une visite médicale attestant qu’ils sont en bonnes possessions de leurs capacités physiques et mentales , ceci pour assurer convenablement leurs fonctions . Avec une déclaration de leurs états de santé rendue publique via le web dés leurs prises de leurs Hautes fonctions , et après quoi tous les 6 mois , avec un bilan médical et biologique. Auxquels s’ajoutent une consultation cardiologique associant un électrocardiogramme de repos, une échographie cardiaque , ainsi qu’un test d’effort doivent être réalisés aussi.

2 / Cet examen médical doit être établit par une équipe médicale militaire spécialisée indépendante (un collège d’experts), auparavant approuvée par l’Assemblée des Représentants du Peuple ( ARP ) .

L’intérêt général du pays passe avant les libertés individuelles , oublier donc leurs vies privées dans ce cas, faut faire la part des choses .

Sachant que cette pratique est d’usage dans plusieurs pays démocratiques. C’est malheureusement pas le cas en France, quoiqu’en 1996, après la mort de François Mitterrand, des constitutionnalistes et médecins proposèrent que le chef de l’État passe, une ou deux fois par an, une visite médicale auprès d’un collège d’experts.

« Tenus au secret absolu, ces experts rendraient ensuite leurs conclusions au Conseil constitutionnel qui, seul, aurait la possibilité de prononcer un empêchement du président pour une raison médicale », plaidait le juriste Guy Carcassonne dans La Croix. Des recommandations restées lettres mortes.

Bref la France n’est pas un pays de référence pour briser ce tabou de la transparence et santé des Présidents de la République ne vont pas toujours de pair. Au pouvoir Pampidou Chirac et Mitterrand ont cachés leurs graves maladies (cancers ou autres). Le sujet est sensible, c’est à la frontière entre vie publique et vie privée, entre droit à l’information et respect du secret médical.

4 Commentaires

  1. Ceci pour faire taire définitivement … les récentes rumeurs fondées ou pas … de Nadia Akacha l’ex Chef de cabinet du Président de la République Kaies Saied … ou tout autres sources.

  2. « Combien la santé est un attribut qui accompagne le pouvoir.

    François Mitterrand a caché le plus longtemps possible son cancer. Le grand public l’apprend le 16 septembre 1992, onze ans après l’entrée du socialiste à l’Elysée. Le chef de l’Etat, à sa sortie de l’hôpital Cochin, dément avoir songé à démissionner :

    « Il n’y a pas de raison, je ne pense pas qu’on m’ait enlevé un lobe du cerveau, car ce n’est pas de ce côté que ça se passe ! Je tiens simplement à vous dire que dans la hiérarchie des choses agréables, ça ne vient pas au premier rang… »

    Pas au premier rang des choses à révéler non plus, visiblement.

    Serait-ce encore possible aujourd’hui ?

    Pas sûr. En octobre 2007, Nicolas Sarkozy avait dû être opéré d’un phlegmon à la gorge. Il s’était envolé juste après pour le Maroc, où il avait glissé cette allusion :

    « Je suis arrivé, j’étais un peu fatigué. Je repars, je suis en pleine forme. Il faut vraiment que je revienne. Merci ! »

    Mais quelques semaines plus tard, l’information sortait dans la presse.

    A son poste, un président de la république doit assurer et rassurer. C’est ce qu’a tenté de faire Jacques Chirac, après son accident vasculaire cérébral, en 2005. A la sortie du Val-de-Grâce, il a fait cette déclaration dans un grand sourire :

    « Pour ne rien vous cacher, je commençais à trouver le temps long. Particulièrement à l’heure du déjeuner que je suis très content maintenant d’aller prendre ! »

    Confiance et transparence, nous y sommes. Il y a cette phrase « pour ne rien vous cacher » et cette allusion à l’appétit, qui va donc tout va. Message à peine subliminal. Après tout, être « bon vivant », c’est déjà être vivant.

    Facettes
    Les mensonges sur la santé sont devenus moins faciles, avec l’omniprésence des images, l’abondance des commentaires. Les mises en scène de l’ancien président algérien Bouteflika étaient conçues pour rassurer la population. Pour montrer que le fauteuil du pouvoir n’était pas vacant. Mais ces images alimentaient autant la rumeur qu’elles ne l’éteignaient.

    Car la question de la santé des dirigeants interroge deux facettes démocratiques.

    D’abord, la permanence du pouvoir : est-il toujours aux commandes ? Mais aussi la pertinence : est-il en état de bien l’exercer, ce pouvoir ?

    Vladimir Poutine se montrant en train de chasser ou de chevaucher torse nu un étalon ne vise pas autre chose. Il veut montrer la pleine possession de ses moyens. Le revers de cette stratégie est le suivant : en 2015, dix jours sans apparition publique du président russe avaient interrogé sur son état de santé.

    Mais on parle ici de condition physique : la santé mentale, c’est encore autre chose. En 1920, le président français Paul Deschanel doit démissionner, accablé de rumeurs qui le disent fou.

    Cela dit, une élection se joue-t-elle sur l’équilibre psychologique des candidats ? Le prochain scrutin aux Etats-Unis devrait nous en apporter une réponse… »

    ( Extraits par Frédéric Says )

  3. Les Présidents et leur état de santé, l’impossible transparence

    par Justine Faure
    Publié le 18 décembre 2020 à 16h39, mis à jour le 18 décembre 2020 à 17h35

    TABOU – Le gouvernement a assuré que toute la « transparence » serait faite sur l’état de santé d’Emmanuel Macron, positif au Covid-19. Ce dernier a indiqué, vendredi dans une vidéo, qu’il rendrait compte tous les jours de l’évolution de la maladie. Dans l’histoire de la Ve République, elle a pourtant rarement été à l’honneur, les Présidents se retranchant derrière le secret médical.
    Pour la première fois depuis le début du quinquennat, jeudi 17 décembre 2020, les Français ont eu des nouvelles de la santé d’Emmanuel Macron. Dans un communiqué envoyé en milieu de matinée, ses services révélaient qu’il avait été testé positif au Covid-19 et allait s’isoler pour sept jours. En début de soirée, le porte-parole du gouvernement a promis que « la transparence » autour de son état de santé « sera la règle » jusqu’à son rétablissement.

    Vendredi, dans un message posté sur Twitter, le président de la République a donné lui-même de ses nouvelles. Assurant aller « bien » malgré une activité « un peu ralentie », il a assuré qu’il « rendrait compte chaque jour de l’évolution de la maladie ».

    Transparence et santé des Présidents ne vont pas toujours de pair. Le sujet est sensible, à la frontière entre vie publique et vie privée, entre droit à l’information et respect du secret médical. En 2017, alors candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron avait assuré au Quotidien du médecin que s’il était élu il s’engagerait à rendre « publique sans exception et sans hésitation toute information susceptible d’avoir des conséquences quant à [sa] capacité de diriger le pays ».

    Mais il nuançait : « Il est normal que les Français soient informés, dans des proportions raisonnables, de la santé du Président, qui doit être en capacité de remplir sa charge. En même temps, la santé du Président relève pour une grande part de l’intime […] Je m’appliquerai le droit que je reconnais à chaque Français de bénéficier du secret médical. » Depuis l’annonce, l’entourage présidentiel a communiqué sur les symptômes ressentis par le président, et indiqué qu’il s’était isolé à La Lanterne, suivi médicalement par le médecin-chef de l’Élysée et quatre médecins adjoints, placés sous l’autorité du chef d’état-major particulier. La protection médicale du chef de l’État relève, depuis 1983, du Service de santé des armées.

    Pompidou et Mitterrand, malades secrets
    Le premier à avoir gardé le secret autour d’un mauvais état de santé fut Georges Pompidou, décédé au cours de son mandat en 1974. Malade depuis plusieurs mois, il n’a jamais communiqué sur sa maladie de Waldenstrom, une sorte de cancer du sang, qui l’a emporté après moins de cinq ans à l’Élysée. Marqué par cet événement, Valéry Giscard d’Estaing promettra de publier des bulletins médicaux. Il n’en fera rien. Tout comme François Mitterrand, qui cachera même son cancer, diagnostiqué dès sa première année de mandat en 1981.

    Dès l’automne 1981, des rumeurs circulent sur une « maladie » ou un « cancer », mais jusqu’à l’été 1992, ses bulletins de santé n’en font pas état. Son cancer de la prostate n’est rendu public qu’après son opération le 11 septembre 1992. Il subit une seconde opération le 18 juillet 1994 et achève son mandat dans la souffrance. Le livre de son médecin qui fait état du diagnostic de la maladie dès 1981 est même interdit à la vente à sa sortie en 1996, et son auteur, le Dr Claude Gubler, condamné à quatre mois de prison avec sursis pour violation du secret médical.

    Avec Sarkozy et Hollande, une transparence toute relative
    Au nom du respect de la vie privée, son successeur Jacques Chirac n’a jamais publié de bulletins réguliers. Après un accident vasculaire cérébral qui lui a valu une semaine d’hospitalisation en 2005, de nombreuses spéculations entoureront son état de santé. Malgré les messages rassurants de ses proches, les doutes sur ses capacités à gouverner auront accompagné sa fin de mandat.

    En 2007, cinq jours après son entrée en fonction, Nicolas Sarkozy publie un bref bulletin de santé assurant qu’il est « apte » à exercer ses fonctions. Le 3 juillet 2009, un autre bulletin informait qu’il avait subi des examens cardio-vasculaires et sanguins qui s’étaient « révélés normaux ». Mais le 26 du même mois, il est victime d’un malaise vagal, lors d’un jogging à la Lanterne, et avait dû être hospitalisé brièvement à l’hôpital militaire parisien du Val-de-Grâce.

    Quant à François Hollande, il a révélé en décembre 2013, plus d’un an après son élection, avoir subi une opération de la prostate en 2011. Pourtant, il avait évoqué durant sa campagne « la nécessité de transparence sur son état de santé ». Seulement deux bulletins de santé sont publiés pendant son mandat, en juin 2012 et mars 2013.
    Une visite médicale auprès d’un collège d’experts ?
    À chaque souci de santé et à chaque révélation, le tabou de la santé des Présidents refait surface. Quelle marge de manœuvre ont les médecins de l’Élysée pour dire toute la vérité, quand le locataire des lieux leur demande de rester discret, et quand ils sont soumis au secret médical ? En 1996, après la mort de François Mitterrand, des constitutionnalistes et médecins proposèrent que le chef de l’État passe, une ou deux fois par an, une visite médicale auprès d’un collège d’experts.

    « Tenus au secret absolu, ces experts rendraient ensuite leurs conclusions au Conseil constitutionnel qui, seul, aurait la possibilité de prononcer un empêchement du président pour une raison médicale », plaidait le juriste Guy Carcassonne dans La Croix. Des recommandations restées lettres mortes.

  4. Mon essai de juin 2019 … et depuis jattends pour bien se faire … ceci pour faire taire définitivement … les récentes rumeurs fondées ou pas … concernant l’état de santé de notre Président de la République … candidat ou en exercice.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.