Ghannouchi au Washington Post :  Un « Déni de réalité » de son pouvoir en Tunisie ?

0
1814

Ma réponse citoyenne à Ghannouchi pour ses déclarations au Washington Post

Pour rappel Ghannouchi est depuis sa prise de pouvoir depuis 2011 à ce jour, est l’homme le plus « méprisé », par 90-92% des tunisiens sondés. Recoupement confirmé par toutes les sociétés de sondages.

Dans une interview accordée au journal « Washington Post » et publiée hier, jeudi 4 mars 2021. Rached Ghannouchi, a reconnu qu’Ennahdha était, en partie, blâmé pour son incapacité à faire face à la détérioration des conditions économiques dans mon pays.

Ghannouchi a ainsi déclaré : « Nous assumons nos responsabilités proportionnellement à notre taille, au sein du gouvernement ». Et a rajouté :  « Il ne fait aucun doute que nous n’avions pas une grande expérience en matière de gouvernance, cela dit nous avons depuis beaucoup appris ».

À quel prix cet apprentissage machiavélique, pour ne pas dire criminel, a coûté au Peuple Tunisien. Sacrifié et appauvri en conséquence, entraîné malgré lui, dans un « Suicide collectif » imposé.

Contrairement à ses dires, à ce journal américain, que je conteste totalement. C’est que de la « Propagande islamiste » pour tromper le monde, et pour redorer son « image ternie » à l’étranger. Et pour causes suite à ses 10 ans au pouvoir en Tunisie, depuis 2011 à ce jour, je considère à sa charge, ce qui suit :

  • Ghannouchi et ses disciples d’Ennahdha, sont entièrement et principalement responsables de la faillite de mon pays, financière et socio-économique.
  • Ghannouchi est également totalement responsable du chaos total de mon pays. Terrorisme, violences, et autres délits pénals.
  • Ghannouchi est aussi le principal acteur du « blocage politique » en Tunisie. En rapport avec sa Présidence du Parlement, sujet à des crises à répétitions depuis 18 mois. Parlement stérile, inopérant, et devenu un hémicycle de confrontations matérielles.
  • Ghannouchi doit continuer à s’expliquer devant la justice, après sa première comparution en 2019, devant la « Brigade contre le terrorisme » de l’Aouina. Interrompu suite à son élection de député. Ceci pour des accusations diverses le concernant, suite à des plaintes judiciaires déposées depuis les 8 dernières années. L’accusant d’être individuellement responsable des assassinats politiques de Belaid et Brahmi. En rapport du fait qu’il est le présumé « Boss du Jihez Esseri » armée d’Ennahdha.

Ghannouchi doit montrer sa bonne foi, et son innocence présumé. En ne se « cachant » pas, derrière son immunité parlementaire, pour éviter le bon déroulement de son jugement. Son impunité totale éventuelle à ce jour, est à l’encontre de notre bonne transition démocratique. Quoique j’en doute fort.

Bref Ghannouchi et ses disciples d’Ennahdha, doivent rendre des comptes, à la justice. Du jour au lendemain, et le plus tôt sera le mieux. Ceci pour stopper cette « Agonie chronique » de la Tunisie. Suite à cette « Mauvaise gouvernance » destructrice, que je considère préméditée.

À bon entendeur.

 

Lien source du Washington post : https://www.washingtonpost.com/world/middle_east/tunisia-ghannouchi-ennahda-protests/2021/03/03/5b714944-7b97-11eb-8c5e-32e47b42b51b_story.html

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.