Sachant que Mr. Jebali notre Premier Ministre provisoire en exercice dans cette période de transition. Lors du discours d’introduction des grandes lignes de son programme gouvernemental du 23 décembre 2011 à l’ANC. A déclaré vouloir créer, 20 à 25.000 nouveaux postes d’emplois dans la fonction publique durant l’année 2012. Et que le projet de budget de l’Etat de la même année s’élèverai à 23.000 Milliards.
Sachant que Les salaires de la fonction publique prévus, s’élèvent à 8.543 Milliards soit 37% du budget 2012. Que ces salaires sont en augmentation de 11,8% par apport à ceux de 2010. Ceci est du principalement à l’augmentation des salaires décidés en 2011 par BCE. Mais également aux recrutements de 20.300 nouveaux fonctionnaires publics, malgré la baisse de production dans les entreprises publiques. Comme la Société Phosphate Gafsa, et celle du Groupement Chimique de Gabes. Et la dégradation générale du climat des affaires  !
Aussi le “surbooking“ des salariés des entreprises publiques, engendre une augmentation des dépenses de fonctionnements de l’état. Auxquelles j’ajoutent et pour d’autres facteurs : les recettes fiscales sont en nettes régressions, le taux de progression est nul, le recul des investissements étrangers de 31,7%, la baisse de nos réserves en devises pour atteindre 10.504 Milliards correspondant à uniquement 113 jours d’importations, augmentations des ressources de la caisse de compensations pour atteindre 6.000 Milliards, et autres indicateurs négatifs qui nous rapprochent irrémédiablement du cas de figure du bateau grec qui coule à flots .
Aussi tout cela pousse irrévocablement aux déficits budgétaires de l’état, entraînant un retour en arrière des décisions prisent pour sortir du tunnel et compenser le gap, avec principalement la mise en application d’une politique d’austérité des dépenses tout azimuts dans tous les secteurs, de plus faire les bons choix d’investissements et autres pour relancer notre économie.
Sachant que la Grèce actuellement est en pleine régression voire même en faillite avec : des licenciements de salariés par plusieurs dizaines de milliers, augmentations et créations de nouveaux impôts, diminutions des salaires et des indemnités de retraites et autres conséquences désastreuses pour le pays. Malheureusement la Tunisie pourrait se retrouver dans la même situation, les mêmes causes donneraient à peu prés les mêmes effets, toutes proportions gardées bien sur.
Sachant que pour des raisons politiques évidentes de résorptions partielles du chômage pour maintenir une certaine paix sociale, ce recours aux recrutements de salariés dans la fonction publique a toujours existé depuis Bourguiba en passant par B.Ali . Conséquences : une surcharge en nombres, un gaspillage des deniers publics et sans contre partie en qualités de services .
Sachant que 1/3 de ses fonctionnaires ne daignent même plus se présenter à leurs postes de travail et perçoivent normalement leurs rémunérations sans compter les emplois fictifs. Aussi un travail d’investigation et d’assainissement s’impose de suite.
Aussi j’exige de Mr. Jebali d’abandonner sa décision d’embaucher de nouvelles recrues dans la fonction publique pour l’année 2012,afin de restreindre la très lourde charge financière des dépenses publiques et surtout des frais de fonctionnements, qui “plombent“ notre économie et rendent notre dossier “non bancable“ auprès des bailleurs de fonds comme le FMI la BM le CLUB DE PARIS et autres institutions financières, à cause du ratio des dépenses publiques en notre défaveur, engendrant des conditions moins avantageuses d’obtentions de crédits avec un taux d’intérêt plus élevé .
J’exige également de Mr. Jebali de se faire entourer par de bon conseillers pour l’orienter sur la bonne marche à suivre en 2012 et relancer notre économie, car pour moi c’est clair, ce monsieur et Ennahdha compris sont profanes en finances économies, et pour preuve quelques mois auparavant, il a déclaré lors de la présentation de leurs programmes électorales de plus de 320 points, qu’il gardait le même programme économique que celui de Mr. BCE qu’il estimait bon pour lui, et de nouveau pour raison de timing cette fois, il garde aussi le même projet budget de l’état 2012 préparé par le gouvernement précédent.
En regardant faire notre Premier Ministre de transition depuis quelques mois, me pousse à penser que gagner des élections et gouverner est de tout repos facile à réaliser. Et pour preuve il suffit d’un clic “copier coller“ pour partager un programme électoral et d’un budget “piqué“ à la concurrence .
J’espère que les gouvernants et toutes les forces vives de mon pays feront les bons choix, et que le bateau Tunisie pourra dans les brefs délais sortir de cette récession et s’éloigner du “bateau grec”, comme disait JFK « demande ce que tu peux faire pour ton pays, avant de demander ce que ton pays peut faire pour toi », alors au travail citoyens le pays à besoin de nous tous et un avenir meilleur est devant nous.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici