Les 217 députés actuels, doivent être remplacés à « l’Assemblée des Représentants du Peuple » (ARP). Au mieux en mai 2021, avec des élections législatives anticipées. Mais sous une « 3ème République », et de nouvelles règles de gouvernances. À définir via un « Dialogue National » attendu.

Ils ont perdus toutes leurs légitimités. Valable pour la grande majorité d’entre eux, et pour causes :

1/  Rendement faible. Depuis leurs élections en 2019, seuls 4 lois ont été adoptées. C’est insuffisant. Tout le reste s’étaient des approbations de crédits d’endettements, ou autres accords bilatéraux. Des lois essentielles pour notre bonne transition démocratique, sont depuis des années « gelées » dans les tiroirs.

2 /  Législatives faussées. Suite au rapport de la Cour des Comptes, sur le déroulement des élections législatives et présidentielles. Il s’avère preuves judiciaires à l’appui. Que surtout les députés d’Ennahdha & Qalb tounes, devraient être « dégagés ». Ceci pour violations graves de la loi. Voire des délits, en rapport avec les financements douteuses, de leurs campagnes électorales, en devises.

3 /  Malvaillance préméditée. Depuis 2014 à ce jour, les institutions constitutionnelles, n’ont pas encore vue le jour. Ceci concerne, surtout la « Cour constitutionnelle », retard de 5 ans. Inacceptable, voire même un crime impardonnable, à l’encontre de notre transition démocratique.

4 /  Parlement brouillon. Suite à ce maudit mode de scrutin de 2014, l’ARP est fragmentée. Et n’arrive donc pas à dégager une majorité homogène. Qui décidera convenablement de l’avenir du pays. Résultat un Parlement statique, inerte.

5 /  Parlement de tous les dangers. Présence de députés terroristes, des « Daech en cravate ». Avec un language menacant, voire de Takfir. Mais surtout des actes violents, avec des agressions matérielles. Le sang a coulé dans l’hémisphère. Climat tendu et donc impossible de légiférer sereinement.

Mais dorénavant pour y remédier, on aura en 2021, une « 3ème République » efficace. Avec une gouvernace sous un régime Présidentiel fort. Et un nouveau code électoral, avec un mode de scrutin uninominal, majoritaire à 2 tours. Qui instaurera le bipartisme, et donc une stabilité politique. Ceci pour redonner confiance.

On évitera donc cette mosaïque, stérile et malveillante, de députés inefficaces voire terroristes au Parlement. On aura donc une majorité qui gouverne, responsable, et qui devra rendre des comptes à ses électeurs. Avec en face une opposition forte.

Surtout que pour prévenir dans l’avenir cette grave dérive depuis 2011. L’introduction du « Vote Révocatoire » à mi-mandat est exigé. Via référendum pour dégager les députés intrus, « menteurs » et malsains d’entre eux.

Cette nouvelle composition efficace de l’ARP, devra se faire au plus vite. Bon gré mal gré, selon la loi. Pour fin mai 2021 au mieux. Et pour cause le pays n’attendra pas longtemps comme ça.

Surtout avec un risque imminent d’une implosion sociale. Qui a déjà commencée dans plusieurs régions défavorisées. Ceci suite à un ras le bol généralisé, vis à vis de la classe politique, et de nos gouvernants successifs.

À bon entendeur.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici